samedi 26 novembre 2011

A toi mon Ange



Mon ange, je suis décalquée et je pensais dormir, mais je ne pense qu'a toi (ben oui tu viens de me réveiller!!!), et je voudrais diriger mes rêves pour ne rêver que de toi, t'avoir par procuration en quelques sortes...

Il est trop tôt pour te promettre des choses, car les promesses que je te ferai elles seront toutes tenues..., mais quand je t'ai dit que "je nous donnerais les moyens d'être ensemble" ça n'était pas une phrase en l'air dite sur le coup, tu sais d'une manière générale, je suis froide et distante, je mets du temps a me dévoiler, comme je te l'ai dit, de ma vie, je n'ai eu une sensation de certitude, cette affection(entendre Amour ) soudaine et sans condition, que deux fois.

La première, même si c'est pas facile a entendre malheureusement c'était celui qui allait être le père de ma fille, celui pour qui jusqu'a présent j'avais des pensées du matin en me levant , au soir en m'endormant, je vais te dire une chose, car même si je n'en ai pas l'air, depuis son décès je n'ai jamais trouvé le bonheur, jamais la quiétude, et je n'ai plus jamais eu l'impression d'être aimée pour celle que je suis.

Il n'y a pas eu un matin depuis ce 12juin 2002 ou je n'ai pas prié de toutes mes forces pour que ce que j'avais vécu ne soit qu'un horrible cauchemar, pour que la place a mes cotés ne soit pas vide de celui qui avait su m'aimer, de celui qui avait su me libérer de ces poids si lourds que j'ai sur les épaules, bagages de mon enfance.

Depuis que je l'ai perdu, je suis a l'intérieur, comme un champ de ruine, une plaine sèche aride et dévastée, j'ai rendu nombre de mes "mecs" malheureux car jamais je n'ai réussi à aimer comme j'aurai du, je ne me sentais pas prête, ou je n'avais pas envie de l'être je ne sais pas.

Tu te demandes pourquoi je te dis tout ... c’est pour que tu saches qui je suis, je ne porte pas vraiment les stigmates d'une vie dure, je n'ai pas l'air de celle que je suis, et parfois les gens ont du mal a comprendre mes réactions, la sensibilité est relative a chacun, je crois que toi et moi avons la même, et ça je l'ai vu de suite.

Je sais pas si tu comprends vraiment mes réactions, je ne sais pas si tu aurais fait la même chose a ma place, je sais juste que tes réactions a toi sont celles que j'attends, tu as en toi la façon de réagir exacte au moment ou exact ou je l'espère.

Tu ne tournes pas les choses en ridicule, et même si certaines peuvent t'effrayer, tu assumes ce que tu as au fond de toi, c'est peut être ça d'ailleurs la clef, je n'aurais pas pu écrire de telles choses a un autre que toi, car toi seul est enclin a les accepter, a les assumer, nous sommes deux rêveurs, deux esprits empreints d'envie d'aimer, et je crois que les gens de notre espèce sont rares, aujourd'hui aimer, assumer ses sentiments, on pourrait croire d'après certains que c'est une maladie...soyons clichés jusqu'au bout, si c'est une maladie, je n'ai pas envi de me soigner...surtout pas!

Ton cœur n'est pas a moi, il est à mon cœur, et inversement, tant que nous serons honnête l'un envers l'autre, tant que nous ne laisserons pas nos peur nous envahir, rien ne peut arriver.
J’espère que je ne t ai pas trop ennuyé avec mes états d ‘âme, mais j avais envie de te l’écrire
Tu me manques, j’ai envie de me serrer tout contre toi et de t’aimer comme je sais aimer

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire