dimanche 20 novembre 2011

La Tendresse



Dans les vapeurs d'encens, enlacées, lascives...
Voiles épars et bulle de champagne... 
Nous sommes là.  Cheveux emmêlés,
Corps serrés, lèvres embrassées...
A la fois douleur et plaisir,
Tendresse et cruauté, amour et désir...
Les souvenirs de ces instants,
Ces moments qui échappent au Vide,
Au gris, qui semblent nous élever, faire de nous des Déesses...
Te retrouver, ma Princesse... Se retrouver, enfin...
Surtout, l'ondulation. Au gré de l'eau et des obstacles,
Onduler, effleurer. Toute proche, jamais vraiment là.
 Fondue dans le noir.
Le souvenir de cette image,
De ces deux peaux lisses caressées,
Pressées l'une contre l'autre.
Presque déformées, ou amalgamées.
Sensualité en demie teinte,
Entre boucherie et désir.
L'envie de sentir ces peaux
Peut-être visqueuses, Ces crocs qui dépassent
Ces ondulations furtives.
Ça glisse, ça rampe au fond de moi.
L'envie d'être crucifiée
 Par le regard de la murène
Et de devenir princesse-crapaud.
 Si laide et pourtant irrésistible.
L'envie d'avoir les joues déchirées
Et de nager dans ton sein.
De s'enrouler autour de tes jambes,
Mêlant effroi et plaisir.
Te dessiner en eau forte et m'enliser sous tes roches.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire