samedi 12 novembre 2011

Poème d'amour, Rencontre avec Mon Prince d' un jour




C’est stupide, tu ne crois pas.. Encore moins quand je t’ai dit que c’était toi !
Pourtant certaines choses donnent le droit d’y croire.
Depuis que je t ai vu, depuis cette nuit,
Jamais plus je n aurai les mêmes attentes vis-à-vis de l autre.
Forcément, tu m’as fait connaitre la perfection.
Au début ce n était que rumeur :
Et pourtant, rien qu’au son de ton prénom.
Je m’inventais déjà  un tas d’histoires et de rêves.
Puis il y a eu La rencontre.
Je te vois, tout s’arrête, un ange passe.
Cet ange c’est toi ; oui toi
Avec ta gigantesque paire d’ailes et cette aura incroyablement pure
Presque pas d’échange, seulement un regard profond,
Il me sonde, il va au plus profond de mon Moi.
Cette impression que mon âme remonte a la surface.
Enfin, il y a eu la seconde rencontre.
Au début, nous étions timides.
Quelques taquineries, tu me tires la langue, je te chatouille,
Tu me fais sourire, je fonds !
Puis cet instant magique ou nos doigts se croisent et tu me demandes
« Tu ne veux pas sortir ? »
En moi deux choses : un cri de victoire et l’impression d’être dans un film, le rêve.
Dehors le baiser, retour  a la maison.
L’étreinte, le carrelage de la salle de bain, le lit…
Ces instants épurés dans lesquels nous en faisions qu’un
Ou la confiance était totale, tes gestes si doux si tendres
Tes questions tes appréhensions, tes cris.
Tu n’as pas eu peur lorsque je t’ai parle de moi, du vide, du mal, du sang.
Tes baisers de vampire, je n’ai pas eu besoin de te les demander.
Je garde cette image de toi, ta peau caramel et tes cheveux chocolat.
Me caressant le visage, toi au dessus de moi, tes lèvres sur les miennes.
Nous étions dans une bulle. Une bulle dans laquelle
 Nous avions retrouvés notre innocence.
Une bulle magique
Ta perfection me rendait magique à mon tour.
Étions-nous anges, déesses divinités ?
Puis inévitablement, la fin.
Le réveil, ta main posée sur mon ventre.
Un baiser comme au cinéma.
Le départ, l’absence, le doute.les souvenirs
Remontent, la joie, l’exaltation, la peur.
Ce contre-ci est différent :
Il se termine aussitôt après avoir commencé.
Je ne reverrai plus mon Prince, les choses sont ainsi faites
Je garde de toi, une image, un souvenir, des sensations,
Mais surtout cet univers paradoxal que nous avons vécu.
J ai goute avec toi la perfection, espérons que ce ne soit pas la dernière

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire