dimanche 4 septembre 2011

L'ami


l'ami fidèle que j'attends,
Ne perdrait pas son temps,
Ne ferait place au mensonge,
Ne parlerait de moi dans ses songes.

Il ne ferait que dire ce qu'il pense,
Comprendrait mes drôles de silences,
Chercherait à me faire évoluer,
Et n'accepterait pas mes idées.

Tout cela, ce n'est pas toi,
Tu ne l'es pas, laisse-moi!

Il me dirait ce qui est vrai,
Ne m'abandonnerai jamais,
Me fera mal parfois,
Mais il saurait ce qu'il fait de moi.

Il me suivrait gentiment,
Dans les espaces du temps,
On aura nos moments,
Bien ou mal, tout dépend.

Tout cela, tu ne le feras pas,
abandonnes cette idée, une véritable amitié.

Il saurait partager,
Sacrifier son éternité,
Il saurait me protéger,
Oublierait qu'il veut me blesser.

Il saurait m'embrasser,
Sans se faire d'idées,
M'aider tous les jours,
Me suivre, me suivre toujours.

Tout cela, je ne peux pas,
Tu m'abandonneras, tu verras tu verras.

Je pourrais lui dire des choses tabou,
il écouterait jusqu'au bout,
Il me donnerait des conseils,
Notre amitié une merveille!

Je saurais le consoler,
Je pourrais l'écouter,
Il pourrait me parler,
Ne se retiendrait pas de m'aimer.

Tout cela, c'est notre fin,
Tu ne suivras pas le même chemin, on se laissera.

Il ne serait simplement pas comme toi,
Il saurait me rassurer,
Il tendrait ses bras vers moi,
Toi, tu les as refermé.

Il ferait tout pour me voir avant de partir,
M'avouerait qu'il ne veut pas grandir,
Tu ne veux d'une amitié comme celle-là,
Tu n'es pas lui, il n'est pas toi.
Tout cela, c'est fini,
Tu n'es pas mon véritable ami
Mais toi, tu survivras.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire