dimanche 4 septembre 2011

Chagrin Poème Coeur Brisé




Maintenant je sais,
Les couleurs ne devraient plus être dans le monde,
Les pleurs m'inondent,
Pourtant le savoir ne suffit jamais.

Oui peut-être suis-je forte,
J'irais frapper à cette porte,
Te dire que je vais très bien,
Même si je parait seule sur ce chemin.

Je ne sais pourquoi,
Mais je ne te déteste même pas,
J'ai classé les sons de ta voix,
Et j'accepte que la nuit reste au-dessus des toits.

J'admets les drôles de fatalité,
Je n'ai finalement rien à pardonner,
Ce silence bouillant ne me fait plus perdre la tête,
Pourquoi, pourquoi j'ai oublié ces moments de fête?

Tu es devenu une petite pousse,
Qui ne demande peut être qu'à grandir,
Mon amitié, je ne peux te la garantir,
Pour ça il faudrait que tu es l'âme douce.

Les révolvers m'avaient tués,
Enfin c'est ce que j'avais pensé,
Mais je ne suis morte que quelques heures,
Rien n'existe, rien existe, même le bonheur.

Le trou s'était refermé,
Maintenant je suis disposée,
A t'entendre, à t'apprendre,
Mais à ne jamais comprendre.

Vénus s'était chargé de toi,
Maintenant je suis dans ses bras,
Mars n'a jamais dit quoi que ce soit,
Il se tait encore alors va.

J'ai l'impression d'être calme,
Suis-je revenue au temps des ignorances?
J'étais si douce et si tranquille en ton absence,
Je suis redevenue vide en mon âme.

Tes paroles ont elles remontées l'horloge,
C'est un bien dont je ne tairais l'éloge,
Parce que oui je t'aime encore,
Mais peut-être un peu moins fort.

J'ai repris mon train-train habituel,
Je recommence à te perdre,
Je ne serais donc plus une amie fidèle,
Simplement l'ancienne connaissance.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire