mercredi 17 août 2011

Poème d'amour, Poesie des corps





                                                          La chaleur de tes mots chuchotés
À mon oreille, m’ont troublé
Tes lèvres brûlantes sur ma peau
M’ont dessiné le tatou le plus beau
 
À ton contact, je me suis brûlée
Mon cœur s’est tout de suite embrasé
Cet incendie qui m’a consumé
Que des braises, il en est resté
 
Ce que j’ai pu lutter contre ces flammes
Pour éviter à tout prix qu’elles me condamnent
Victime de ce feu qui m’a consumé le corps
Sous son emprise, j’en demandais encore
 
Ce désir que tu savais rendre si ardent
Toutes ces caresses torrides m’allumant
Qui à elles seules, me faisaient frémir
Plus grande était encore ta soif de m’assouvir
 
Tu plongeais ton regard pétillant dans le mien
Me soustraire à ce dernier, il n’y avait aucun moyen
J’étais hypnotisée par toute ton ardeur
Mon corps imprégné de toute ta chaleur
 
Le plaisir que tu prenais à me faire frissonner
Lorsque doucement, l’appétit de toi, tu faisais monter
Dans un même élan de passion
On s’est épuisé à l’unisson

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire